La Mère Douce

La Mère Douce ou la Mère Douce Gentille (en  la langue néerlandaise: “De Zoete Moeder” ou “Zoete Lieve Vrouw”) de Bois-le-Duc aux Pays-Bas  ( ’s-Hertogenbosch/Den Bosch) est l'une des images de la grâce de Marie qui constitue le centre d'un pèlerinage aux Pays-Bas. Depuis 1380, elle est (certainement) honorée dans la cathédrale basilique de Saint Jean l’Évangeliste (i.e. Sint-Janskathedraal)  à 's-Hertogenbosch. Les images miraculeuses ne sont généralement pas jugées belles, mais la Douce Mère est la seule dont le culte vient de commencer car il a été jugé laid.

Légende

Selon la légende, la statue négligée aurait été trouvée en janvier 1380 lors de la construction de la cathédrale entre un paquet de planches par un jeune compagnon à la recherche de bois de chauffage. Quand il aurait voulu le couper en deux morceaux, il aurait été arrêté par son patron, qui a vu qu'il s'agissait d'une vieille statue de Marie. Le compagnon aurait apporté la statue le jeudi saint à l'autel de repos pour le Corps du Christ. Quand cela a été éclairci le lendemain, seule l'ancienne statue serait restée. Un moine, frère Wout, l'aurait apporté à l'autel de Saint-Michel dans l'une des chapelles à rayons située derrière le choeur. Le chanoine qui lisait la messe tous les jours l'aurait enlevée peu de temps après et frère Wout aurait demandé s'il pouvait emporter la statue avec lui. Cependant, elle serait devenu soudainement très lourd et n'aurait donc été placé que dans la chapelle Marie, invisible derrière un autel. Frère Wout aurait arrangé un manteau et aurait récupéré une partie de l'image que l'enfant Jésus représentait à l'extérieur de l'église. Il aurait placé la statue à l'été 1381 sur l'autel de Saint-Martin. Marie serait apparue à une passante feminine qui aurait également fait une remarque acerbe à son sujet, demandant: "Pourquoi dites-vous que je suis laide?" Moi qui suis belle dans la vie éternelle, au plus haut des cieux! Je vous commande donc de vous réfugier en moi, de vaincre vos souffrances et de gagner la vie éternelle.” La femme aurait demandé à une noble dame de faire restaurer la statue dans l'église le lendemain.

 

 

Guérisons

Peu de temps après, une certaine femme nommée Hadewich de Vichten de boiteux aurait été guéri après une apparition du Christ lui ayant conseillé de demander l’aide à la Sainte Vierge de l’image usée. Cela aurait été le premier d'une longue série de miracles, en particulier de guérisons inexplicables. Près de 500 miracles de cela ont été enregistrés dans le soi-disant livre de miracles intitulé "Les miracles d'Onse Lieve Vrouwe tot shertogenbosch" et incluent la période de temps de 1381-1603. Des miracles enregistrés dans la cathédrale parce que des gens de partout venaient en pèlerinage et racontaient leurs expériences autour l’image miraculeuse. Le livre peut être vu tout au long de l'année dans la chapelle de Marie et comprend des récits de pèlerins de Pays-Bas et d'ailleurs, tels que d'autres entre autres (énumération non limitative) de Dantzig (Gdansk dans la Pologne actuelle), Aix-la-Chapelle, Köningsberg en Prusse , Brême, Kleve, Emmerich (Allemagne), Malines, Louvain, Bruxelles, Bruges, Anvers (Belgique), Amsterdam, Haarlem, Groningue, Gouda, Delft, Utrecht, Maastricht, Zierikzee, Zaltbommel, Harlingen et Kampen. Et bien sûr, Bois-le-Duc/’s-Hertogenbosch s’installe à proximité de lieux tels que des petites villages de Den Dungen, d”Oisterwijk et de Sint Oedenrode. Dans des miracles dans lesquels les pèlerins affirmaient que des guérisons inexplicables s’étaient déroulées autour d’ eux lors de l’intercession mariale, Marie paraissaît rêver de laisser les croyants partir en pèlerinage à 's-Hertogenbosch pour soigner leur maladie ou même des miracles pour un retour inexplicable de situations où la mort était sur le point de se produire.

La Mère Douce (De Zoete Lieve Vrouw / Zoete Moeder) et le début de son culte

Après le début des miracles en 1380, la statue "laide" a été sérieusement restaurée pour la première fois et a reçu l'aspect actuel. Il est devenu si célèbre que l'argent des pèlerins de passage a rendu possible la construction de la cathédrale actuelle. Nobles et princes, y compris Philippe II, l'empereur Maximilien d'Autriche, les ducs de Brabant / Gelre et Parme, Philips le Bel, Charles V, Albertus d'Autriche, Erasmus, Saint Léonard de Veghel, Saint Pierre Canisius sont venus ici pour le pèlerinage . Ils se sont tous agenouillés et ont prié à la Douce Mère. Mais avant tout, la chapelle de la "Douce Mère", comme on l'appellera plus tard, devint un foyer et un refuge pour les simples gens de Bois-le-duc/’s-Hertogenbosch.

 

Iconoclasme et reformation

Lorsque s-Hertogenbosch fut frappé par l'iconoclasme le 22 août 1566, la statue de la Vierge Mère fut mise à l'abri à l'hôtel de ville. Plus tard, elle fut à nouveau placée dans la chapelle, mais en 1629, la ville tomba entre les mains des protestants, qui voulurent la brûler avec les autres statues de Saint Jean. Cependant, deux carmes l'avaient déjà apporté à l'évêque, qui la fit mettre en sécurité par Anna van Hambroeck, une parente catholique du nouveau gouverneur. Cette Anna transporta la statue à Anvers et la transporta à Bruxelles à la demande de l'archiduchesse Isabella et avec l'autorisation de l'évêque du diocèse de 's-Hertogenbosch (Michael Ophovius). La condition était que cette ville ne la considère pas comme sa propriété mais la renvoie au diocèse de 's-Hertogenbosch si la foi catholique y avait été restaurée.

Bruxelles

La statue a été tenue en grand honneur à Bruxelles, elle a même été portée chaque année en procession par la ville, exactement comme elle avait été utilisée à 's-Hertogenbosch. Les gens bruxellois se sont particulièrement attaché à l’image de la grâce de Bois-le-Duc, qui se dressait dans le Sint Jacob sur Koudenberg sur un autel de nuages ​​de stuc. Den Bosch a eu beaucoup de peine à récupérer l’image. L'évêque du mastodonte, Monseigneur Zwijsen, intervient et finit par le faire: le 27 décembre 1853, fête de Jean l'évangéliste (saint patron de la cathédrale Saint-Jean), la statue retourna - avec un grand intérêt - dans sa chapelle Saint John. Le 75ème anniversaire de ce retour a été la raison pour donner à l'église le titre de Basilica Minores.

Culte après 1853 (restauration de la hiérarchie épiscopale)

Général

Marie, en tant que (dans néerlandais) “Zoete Lieve Vrouw van 's-Hertogenbosch ou Zoete Moeder”, est toujours visitée aujourd'hui par des personnes venues de loin dans la cathédrale de St. Jean l’Evangéliste toute l'année. Le nombre de bougies allumées chaque année à la Douce Mère à des fins de pensées, de prières et/ou de pèlerinages est également au 21e siècle en dépit de la sécularisation (estimation) du nombre élevé de 400 000 par an. En particulier au mois de mai, où Marie, en tant que Mère de Dieu, occupe une place centrale dans le culte catholique, les pèlerinages sont fréquents dans le “Meierij” (région au sud de la ville), la région de “Langstraat” (région située à l’ouest de Den Bosch) et le Bommelerwaard ( la région de la province néerlandaise Gueldre au nord de Den Bosch). Les gens font des pèlerinages de 20 et 30 kilomètres à pied et à vélo, puis pour assister à l'une des nombreuses célébrations eucharistiques dans la cathédrale le samedi (12h30) - les dimanches et jours fériés tels que le Jour de l'Ascension et la Pentecôte tombant en mai sont traditionnellement célébrés à 7h00, 8h30, 10h et 11h45. Des milliers de spectateurs, des pèlerins et des paroissiens visitent la cathédrale tous les dimanches de mai. De nombreuses chorales et guildes du Brabant viennent ensuite en pèlerinage à Bois-le-Duc.

Procession de prière à l'occasion de la fête des mères

Le deuxième dimanche de mai, jour de la fête des mères, le voyage de prière a traditionnellement lieu à l’image de Marie, la Douce Mère de Bois-le-Duc. Cela a également une histoire frappante de développement et d'expérience. Après la restauration de la hiérarchie épiscopale aux Pays-Bas en 1853, une autre procession annuelle pourrait être organisée avec la Douce Mère. La popularité était grande et, en 1889, environ 15 000 à 20 000 participants y participèrent. À partir de 1916, la procession annuelle acquit un caractère plus festif, appelé association solennelle. Une procession avec des participants costumés, qui ont dépeint des scènes historiques de la ville et bibliques de la tradition religieuse catholique. Après les années 1950, la popularité a décliné pour faire place à une procession au caractère beaucoup plus sobre en 1967. On a alors appelé le "voyage de prière". C'est la voie traditionnelle du légende de XIVe siècle, qui est ensuite emprunté avec la Douce Mère. Cette allée médiévale du XIVe siècle qui traverse le centre de la ville présente de nombreuses statues de Marie sur ses façades. Les croyants accompagnent la Douce Mère à travers le centre de Bois-le-Duc/’s-Hertogenbosch, à travers les rues avec de nombreux drapeaux bleus et blancs (mariaux) sur les façades. Dans l'interprétation locale/régionale, cette route de procession est mieux connue sous le nom néerlandais de “Beeweg”. Depuis 2018, le voyage de prière est planifié immédiatement après la célébration eucharistique de 11h45; la visite commence ensuite vers 13 heures. Cependant, le tour de prière (qui prend progressivement une allure semblable à celle d'une procession) dans le centre-ville n'aura lieu que si les prévisions météorologiques le permettent. Comme la statue de la Douce Mère est fragile, aucune pluie n'a dû être prédite.

( https://www.zoetelievevrouw.nl/12-5-2019-impressie-zlv )

 

 

Route de procession (après dand ce texte… “le beeweg”)

Le beeweg parcourt les rues / maisons du centre-ville de Bossche, où, selon la tradition, la Douce Mère de Den Bosch aurait marché au XIVe siècle à l’époque d’une épidémie majeure de peste. Selon la tradition, elle l'aurait fait seule. Initialement, une procession était prévue la veille de son voyage, comme le veut également la tradition, pour demander son plaidoyer en faveur du salut et de la guérison des nombreux victimes de la peste. En raison du très mauvais temps le jour de la procession, cependant, il n'a pas eu lieu, mais le lendemain matin au petit matin, la statue miraculeuse de Marie a été retrouvée debout au milieu de l'église avec des sous-vêtements tachés. Cette journée a ensuite été marquée par la guérison miraculeuse des personnes atteintes de la peste le long des maisons de rues du centre-ville, le long desquelles on continue de parcourir le chemin de la prière dans le centre de Bossche. La fête des mères du mois de mai et la Bossche Marianoveen (une tradition de prière ou de plaidoyer de neuf jours) de la Zoete Lieve Vrouw, qui commence chaque année le 7 juillet, jusqu'au 15 juillet, inclusivement.

Tradition de la novena de Marie de Bois-le-Duc

La tradition de la novena de Marie de Bois-le-Duc est situé durant les jours de 7-15 juillet, telle qu’elle existe, existe depuis 1866. L’année 1866 est celle où Den Bosch a souffert du choléra. Cette année-là, une «boucle supplémentaire» a été dessinée le long du beeweg du XIVe siècle (le coin: Korenbrugstraat-Lepelstraat / Vismarkt-Visstraat) pour parcourir la chapelle de Marie de la rue de “Lepelstraat”au centre-ville. Cela a été fait par l'association “Mannenomgang”, le premier grand groupe des hommes qui a commencé la tournée de prière en groupe. C'était l'année où la congrégation à St. John n'était pas autorisée par les autorités de l'église en raison du risque de contamination par le choléra. Les habitants de la ville n'ayant pu se rendre a la Douce Mère dans son église de Saint Jean , raison pour laquelle les hommes se sont rendus à la de Marie, dans la rue de “Lepelstraat”, près de la route, où ils ont pu allumer une bougie. Comme c'est encore l’usage aujourd'hui.

Cependant, la marche de l'ancien beeweg en tant qu'avenue traditionnelle à travers le centre de Bossche est apparue plus tôt. Après la prise de la ville par Frederik Hendrik, le conquéreur de la ville, en septembre 1629, aucune procession publique (catholique) et aucune manifestation de la foi ne furent autorisées dans la ville de 1629 à 1810. La religion réformée par l'État (le protestantisme autorisé) était officiellement déterminante pour la vie religieuse dans la ville à cette époque. De manière non officielle, le catholicisme a continué à vivre dans la clandestinité à travers les nombreuses églises cachées qui ont été établies dans le génie. Les prêtres ont été introduits clandestinement dans la ville. Avec le renversement subit du vent religieux et le départ rapide de la statue de la douce Mère pour se rendre à Bruxelles en septembre 1629 (voir plus haut), le catholique part de la population (surtout les femmes) a commencé à utiliser une tradition du marche en silence. Se priant pour parcourir les rues de la route qu’ils connaissent. Ainsi, lors de la domination étatique de la ville, la tradition de marcher sur la marche silencieuse s'est progressivement développée; une neuvaine de 9 jours de retard en silence en la promenant dans l’ancienne fête de la Douce Mère dès le 7 juilliet. Souvent le soir, individuellement ou par deux, mais pas en groupe. Cela aurait été perçu comme une provocation par le gouvernement de la ville protestante de l'époque et aurait pu créer des problèmes.

Bouquets blanc-jaune et drapeaux bleu-blanc

Dans l'iconographie chrétienne, la couleur liturgique bleue représente le ciel, le divin et Marie. Celle-ci date de 1570 (de la "Missale Romanum": livre liturgique qui enregistrait ensuite les textes, la liturgie et les couleurs des fêtes et des coutumes de l'Église catholique romaine. Ce "missale" fut ensuite adapté en partie avec le " nouveau "missel romain du 3 avril 1969 à la suite du Concile Vatican II). La couleur blanche est une couleur festive liturgique religieuse, qui est également utilisée comme couleur liturgique lors des célébrations de Pâques et de Noël. La couleur fait aussi directement référence à la grandeur du Christ: la lumière du monde. La combination du bleu et du blanc sont devenues/développées des couleurs mariales.

Les bouquets blanc-jaune qui sont accrochés au “beeweg” en mois de Mai avec les plus grandes images de Marie et les images font référence aux couleurs papales catholiques. Les couleurs de la Cité du Vatican sont vus comme couleurs catholiques lors d'occasions catholiques officielles telles que les ordinations de prêtres, les ordinations d'évêques et les fêtes religieuses La route de procession, “de beeweg”,  se connecte donc en jaune-blanc et bleu-blanc au mois de mai. Également au cours du trimestre de juillet, du 7 au 15 juillet de chaque année.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chapelle Sainte-Marie

En dehors du mois de Mai, vous trouverez la Douce Mère dans sa propre chapelle du côté nord de la cathédrale de Saint Jean l’Ëvangeliste , traditionnellement dans un océan des fleurs. Beaucoup des habitants de la ville et d’autres visiteurs apportent des fleurs chaque semaine et, après la prière, allument une bougie. Sur les murs de la chapelle, il y a environ 1100 ex-votos (cadeaux de remerciement pour guérison, interrogation ou consolation) placés dans de grandes constructions ressemblant à des peintures. Ces objets sont aussi des cadeaux de pèlerins (des 19ème, 20ème et 21ème siècles) qui, en se basant sur leur expérience religieuse, remercient Marie pour son intercession, à travers un remerciement matériel exprimant son soutien dans la prière, la guérison et / ou l'encouragement. Malheureusement, les histoires spéciales derrière ces cadeaux ne sont pas aussi enregistrées que celles du vieux livre de miracles médiévaux. On sait qui l’a fait avec la description du don (par exemple un os en argent ou un cœur en argent). Pour des raisons de confidentialité, toutefois, ces informations sont traitées avec prudence, en tenant également compte de la législation européenne en vigueur sur la protection de la vie privée.

De Broederschap 

*    richt zich op het onderhoud van de Mariakapel en de zorg voor het beeld van de Zoete Lieve Vrouw van Den Bosch.

*    is betrokken bij de katholieke mariale feestdagen door het jaar heen, zoals:  

         Maria, Moeder Gods (1 januari), Maria Lichtmis (2 februari), Maria Boodschap (25 maart), Maria,

         Moeder van de Kerk  Tweede Pinksterdag), de Feestdag van de Zoete Lieve Vrouw van Den Bosch

         jaarlijks op 7 juli, de Bossche Marianoveen tussen 7 en 15 juli van elk jaar, Maria Tenhemelopneming

         (15 augustus ), Maria Koningin (22 augustus), Maria Geboorte (8 september) en Maria Onbevlekt

         Ontvangen (8 december). 

*     organiseert de vieringen in de meimaand waaronder Maria Visitatie op 31 mei en de bidtocht op Moederdag.

   De broederschap wordt ondersteund door leden/begunstigers. Het privacybeleid vindt u onder "contact/lidmaatschap'.

 

  • Facebook Social Icon

Contact

T: 06-13293752

E: info@zoetelievevrouw.nl